• Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    Les coups de cœur partagés 

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    « Un paquebot dans les arbres »  (2016)

    Valentine GOBY

    Roman bouleversant et plein d’émotion. L’histoire est triste mais jamais larmoyante.

    Des phrases sèches et précises, qui  frappent fort.
    Un roman rude, fort, lumineux, tendre, dépouillé et  simple.

    Le titre : « Le paquebot dans les arbres »  est un sanatorium niché au milieu des arbres.

    A cinquante kilomètres de Paris (La Roche Guyon), début années cinquante ,une famille heureuse, Odile et Paulot et leurs trois enfants, Annie, la fille aînée, seize ans, Mathilde, le garçon manqué, neuf ans et le petit dernier Jacques. Le couple gère le Balto, l'Épicerie-Tabac-Bar de la Roche, le centre du bourg, où le bonheur et la fête bat son plein.

    Et puis un jour, Paulot s'effondre sur une chaise....c'est le début de la fin, pour lui et la famille, il a des bacilles plein les poumons......La maladie et l'ombre de la contagion va isoler la famille et endommager leur commerce. Du jour au lendemain tout bascule. Sans aucune justification, ceux qui vous "adoraient" vous ignorent,...

    Cinquante ans après, Mathilde, la fille du " tubard", revient  sur ces années là. C'est son histoire et celle de sa famille.

    Le personnage de Mathilde 

    Mathilde, enfant est un garçon manqué qui voue une admiration sans borne à son papa, puis une ado combative, volontaire, forte, pleine de vitalité, qui luttera seule face aux institutions, et fera tout pour réunir sa famille brisée.
    Sa détermination force l'admiration.

    Coup de cœur pour un auteur

    Lionel Schriver

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016         Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    La double vie d’Irina    de Lionel Shriver

    Paru en 2009, ce roman ausculte avec habileté les rouages de la vie de couple…

    Irina, dessinatrice de livres jeunesse, en couple avec Lawrence depuis 14 ans, se confronte à un dilemme : protéger sa routine heureuse à Londres avec Lawrence ou vivre sa passion soudaine pour Ramsay célèbre joueur de snooker !

    L’atout majeur de ce roman de Lionel Shriver est d’envisager les 2 options en alternance nous plaçant en position de voyeur pour observer les démêlés d’Irina avec ses choix sentimentaux ! Lionel Shriver excelle dans l’art de disséquer la relation de couple, et mène tambour battant cette quête du bonheur avec ses incontournables désillusions ! Écrivaine au prénom masculin, elle traite de façon offensive  mais avec beaucoup de tact et d’humour la question de la réalisation de soi…en tant que femme !

    Du même auteur…

    2005 Il faut qu’on parle de Kevin  1er roman traduit en français obtient l’Orange Price

    2010 Double faute

    2012 Tout ça pour ça

    2014 Big brother 

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson

    Ce beau roman se lit rapidement, tant on est troublé par l’étrange confession amoureuse d’un éleveur de brebis islandais, d’un homme qui s’est lui-même spolié de l’amour de sa vie.

    Au seuil de sa fin de vie, Bjarni - fermier islandais - décide de rompre le silence et d'écrire une longue lettre à son grand amour perdu, Helga, sa belle voisine. Il y raconte l'existence qui s'est écoulée, de l'après-guerre à nos jours, les temps qui changent, la solitude glacée, mais surtout livre le secret d'une âme simple et le regret qui le torture : n'avoir pas su rompre avec son mode de vie immémorial en fuyant avec elle à Reykjavík. Bouleversante, cette Lettre à Helga est aussi prétexte à l'évocation d'un monde révolu : celui d'une vie paysanne traditionnelle islandaise qu'anime une âme pétrie de lectures bibliques et de légendes, entre mer et glace. 

      

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    L'archipel d'une autre vie de Andreï Makine

    Quatre hommes poursuivent un fugitif dans la taïga hostile -un prisonnier évadé qui leur échappe chaque fois.

    Cette traque dans les années 52 avant la mort de Staline (Mars 53), menée par quelques officiers et soldats se disputant le pouvoir et essayant tous par n'importe quel moyen d'être reconnus par le régime soviétique et peu importe : fusiller son voisin pour faute politique grave ou trahison sera masquée par l'idéologie stalinienne.

    Il y a une opposition entre l'espoir et l'illusion. L'illusion est du côté de ces soldats qui vivent un stalinisme en fin de règne et sont ou bien trop nihilistes ou trop aveugles ou trop carriéristes pour s'en rendre compte. C'est fini, il n'y a plus rien à espérer de ce monde où le mensonge est roi et où la bureaucratie tient lieu d'ordre. Tout ça ne peut plus tenir très longtemps. D'ailleurs, on apprend la mort de Staline en cours de roman. De l'autre côté, il y a ceux qui savent encore espérer et qui continuent malgré tout à rechercher une dignité. Bref, c'est une belle invitation à essayer de rester humain. 

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    Les Petites Chaises Rouges de Edna O'Brien

    Le titre du roman, est expliqué en exergue : "Le 6 avril 2012, pour commémorer le vingtième anniversaire du début du siège de Sarajevo par les forces serbes de Bosnie, 11 541 chaises rouges furent alignées sur les huit cents mètres de la grand-rue de Sarajevo. Une chaise vide pour chaque Sarajévien tué au cours des 1 425 jours de siège. Six cent quarante-trois petites chaises représentaient les enfants tués par les snipers et l'artillerie lourde postés dans les montagnes à l'entour." le personnage de Vladir Dragan est la figure fictionnelle Radovan Karadzic. 

    Fidelma vit à Cloonoila, un village paumé d'Irlande. Elle est propriétaire d'un magasin qui a connu son heure de gloire. Mais à présent, les affaires vont mal depuis que l'autoroute toute proche permet aux habitants de se rendre facilement en ville. On s'ennuie ferme dans ce village où le lieu de réunion est l'unique pub et le club de lecture. Alors, quand un jour se pointe un homme charismatique qui se dit guérisseur et sexologue, c'est tout le village qui est en émoi et fasciné. le type prétend s'appeler Vladimir Dragan et être bosniaque. Il arrive même à mettre dans sa poche le curé du village en trouvant un rapprochement entre l'église orthodoxe de son pays et celle d'Irlande. Grand causeur, il se fait aussi prof de littérature au club de lecture dont Fidelma est présidente, en expliquant l'histoire d'amour mythique d'Enée et Didon, Bref, ce type envoûte tout le monde d'une manière ou d'une autre, et Fidelma sera sa victime en mal d'enfant...

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    « Le garçon » Marcus Malte

    Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin, d’instinct.
    Alors commence l’épreuve du monde : la rencontre avec les hommes – les habitants d’un hameau perdu, Brabek, l’ogre des Carpates, lutteur de foire philosophe, Emma, mélomane et si vive, à la fois soeur, amante et mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’abominable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
    Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience, émaillé d’expériences tantôt tragiques, tantôt cocasses, et ponctué comme par interférences des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est l’immense roman de la condition humaine.

    Un roman exceptionnel, magnifique

    Critiques, analyses et avis sur Babelio.com :

    L’amour, la joie, la tendresse, le rire, la musique, la poésie, le désir, le plaisir, la paix, la grâce, l'harmonie, la sérénité, la plénitude…

    On ne peut pas dire que tu laisses ton lecteur gambader gentiment dans tes pages, non, tu le malmènes, tu le mets en situation de confort pour mieux le martyriser ensuite. Tu le fais si bien, en plus…

    Je te dirai juste que j'aurais aimé avoir encore plus de pages, plus de détails sur les autres voyages du garçon devenu homme et que je me suis trouvée fort dépourvue lorsque la fin de l'histoire fut venue.

    Oh que j'aimerais ne jamais avoir lu ce roman afin de pouvoir le recommencer, vierge de tout savoir…

     

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

     

     

     

    Café Littéraire

    à la bibliothèque

    samedi 19 novembre à 15h

     

    Où chacun peut parler du livre qu'il a aimé... 

     

    Livre récent ou non... 

     

    Ou parler d'un auteur ! Ou d'une BD.....! … 

     

    Partages, petits débats, ... 

     

    Ou simplement venir pour écouter…

     

    Autour d'un café (thé...) quelques gourmandises... 

     

    Entrée libre, sans inscription 

     

    Bibliothèque - Médiathèque 

    5 rue du Bois des Gaules 

    78720 La Celle les Bordes 

    biblio-lclb@orange.fr

    06 63 16 93 56 

    1er étage du FOYER RURAL Salle Polyvalente 

    Cercle Littéraire devient" Café" Littéraire en 2016

     

    Café littéraire samedi 19 novembre 2016

     

    « Concours PHOTO bib Cernayatelier d'écriture vendredi 3 février 2017 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :